Agenda


Les dates à inscrire dans vos agendas.

  • ven
    21
    Juin
    2019
    14h.Maison des Sciences de l'Homme et de l'Environnement. 54, Boulevard Raspail. 75006, Paris. Salle A2-49

    La langue des émotions dans les traités de jeu européens au XVIIIème siècle. Une conférence de Laurence Marie.

    La conférence concerne l’art de l’acteur dans le théâtre européen au XVIIIe siècle.

    Quel éclairage les premiers textes sur le jeu théâtral portent-ils sur l’histoire des émotions ? Les premiers traités exclusivement consacrés au jeu des acteurs paraissent au milieu du XVIIIe siècle en France, en Angleterre, puis en Allemagne, à un moment où la  déclamation classique est concurrencée par un jeu plus visuel, qui sollicite le corps autant que la voix. Leurs auteurs tentent de formaliser la production et la réception des passions scéniques ; ce faisant, ils s’interrogent sur les relations entre l’âme et le corps des comédiens. Ils s’attachent à redéfinir et à enrichir la langue des émotions, contribuant au passage de passions catégorisées à des émotions mixtes, mobiles et singulières, plus difficiles à appréhender. La communication présentée s’attachera tout particulièrement à la chaîne de réactions et d’adaptations que suscita le traité français Le Comédien de Rémond de Sainte-Albine, et qui trouvera une forme d’aboutissement étonnant dans le Paradoxe sur le comédien de Diderot. 

     

     

    Laurence Marie est agrégée de Lettres modernes et docteur en Littérature comparée de l’université Paris-Sorbonne. Auteur de nombreux articles consacrés au spectacle et à l’évolution des idées esthétiques, elle a coordonné le chapitre « Théâtre » de l’Histoire des traductions en langue française (XVIIe-XVIIIe siècles) et codirigé le volume Réécritures du crime. L’acte sanglant sur la scène XVIe-XVIIIe siècles. Elle enseigne aux universités de Columbia et de New York.

     

  • lun
    24
    Juin
    2019
    14h.Maison des Sciences de l'Homme et de l'Environnement. 54, Boulevard Raspail. 75006, Paris. Salle A2-49

    Le théâtre de Kossi Efoui, une esthétique du drame figuratif. Une conférence de Pénélope Dechaufour.

    Auteur et artiste togolais, Kossi Efoui explore avec la Compagnie Théâtre inutile et son usage de la marionnette, le statut du corps scénique, son rapport avec les problématiques de figure et de mémoire, de passé et de présent, d'action et de récit.
    Son travail invite à repenser notre rapport aux écritures de l'Histoire

    Docteure en Etudes théâtrales, Pénélope Dechaufour est enseignante chercheuse contractuelle en Arts de la scène et du spectacle vivant à l'Université d'Artois ainsi que chargée de cours à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où elle fut ATER. Ses recherches portent sur les dramaturgies contemporaines et les problématiques de l’altérité. Elle travaille notamment sur les écritures francophones d’Afrique et des diasporas en interrogeant les enjeux politiques de la présence du corps et de ses modes de représentation au sein de ces poétiques mémorielles marquées par le trauma et traversées par l’histoire coloniale et les problématiques migratoires. Elle a soutenu sa thèse de doctorat à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 sous la direction de Sylvie Chalaye en y théorisant la notion de « drame figuratif » dans le théâtre de Kossi Efoui. Elle est membre de l'équipe "Praxis et esthétique des arts" du Centre de recherche Textes et Cultures (Univ. d'Artois) et chercheure associée au laboratoire SeFeA de l'Institut de Recherche en Études Théâtrales (Paris 3). Elle a notamment dirigé l’ouvrage collectif « Afropéa, un territoire culturel à inventer », Africultures n°99-100, Paris, L’Harmattan, 2015 (en coll. Sylvie Chalaye) et a co-réalisé trois documentaires scientifiques

  • jeu
    04
    Juil
    2019
    14h.Maison des Sciences de l'Homme et de l'Environnement. 54, Boulevard Raspail. 75006, Paris. Salle du Conseil A/B S1-28

     Chanter le corps: un dialogue entre les traditions musicales iraniennes et l'entraînement de l’acteur, une conférence -atelier de Kaveh Hedayatifar.

     Le rapport de l’art contemporain et le patrimoine culturel d’un pays peut se manifester comme un dialogue qui, d’une part, aidera à la compréhension de la tradition issue du patrimoine avec un langage plus proche du langage contemporain et, d’autre part, enrichira l’art contemporain en se nourrissant de cette tradition.
    Cette conférence se place dans cette voie en faisant dialoguer le théâtre et la musique. Il s’agit d’examiner comment les traditions musicales iraniennes s’enrichissent du dialogue avec le théâtre contemporain, d’un côté, l’entrainement de l’acteur de théâtre et de l’autre côté, la façon par laquelle le théâtre permettra à redécouvrir les potentiels de ces traditions musicales. 
    Durant cette conférence, le public est invité à participer au atelier “chanter le corps”, initié par l’auteur, qui montrera l’état de l’avancement de cette recherche-création entamée depuis 2016.
    Une vidéo résumant des films documentaires (qui sont en cours de production) issus des travaux de terrain sera ensuite projetée.
    Un exposé, pour terminer, présentera les différentes démarches et analysera l’atelier “chanter le corps”. 

    Kaveh Hedayatifar est doctorant en Théâtre et Musique à l’Université d’Evry-Val-D’Essonne (Paris-Saclay), membre de la Société Française d'Ethnoscénologie.